HISTOIRE DE L'EGLISE BRETONNE

Aller en bas

HISTOIRE DE L'EGLISE BRETONNE

Message par Cathelineau le Mer 21 Fév - 1:32

HISTOIRE DE L'EGLISE BRETONNE

Telle la pierre angulaire d'un pays, l'histoire de l'Eglise Bretonne est le ciment qui a permis de construire la Bretagne ou l'Armorique comme on l'appelait alors. Rédigé par Monseigneur Cathelineau Botherel de Canihuel, alors Archevêque Métropolitain de Tours & Primat de Bretagne en cette année de l'an mille quatre cente soixante six et découpée en 3 parties, cet ouvrage se veut comme la mémoire d'un pays depuis mille ans.

I - La fondation de la Bretagne par l'arrivée des Saint-Fondateurs.

II - Une Eglise forte au service des Bretons.

III - Le renouveau de la foi et la Primatie de Bretagne.


Présentation de la Bretagne

A venir.

I - La fondation de la Bretagne par l'arrivée des Saint-Fondateurs.



Des hommes venus de la mer

La fondation de la Bretagne actuelle, telle que nous la connaissons remonte à un événement particulier qui est connu aujourd'hui comme l’immigration Bretonne qui a débuté au IVème siècle et a trouvé sa fin vers le VIème siècle. On estime que cette immigration représente environ 50 000 personnes au maximum.

La Bretagne à cette époque était appelé l'Armorique et ce mouvement migratoire fut plutôt bien accepté par la population locale alors encore fortement marqué par le celtisme. Il faut par ailleurs ajouter que les Bretons comme les Armoricains étaient à l'époque des citoyens Romains et ont été ensemble des défenseurs de l'Empire et de la "Romanité" face aux envahisseurs barbares. Ils ont d'ailleurs longtemps formé des contingents de l'armée Romaine envoyé notamment pour défendre la population en Gaule. C'est également à cette période que nous constatons l'arrivée des Saints Fondateurs qui ont organisé et dirigé le mouvement de migration comme la fondation et l'établissement de l'Eglise en Bretagne.Cette période marque donc la fin de ce qu'on a pu connaitre comme la civilisation Celtique, le Druidisme ayant déjà depuis des décennies.

La Bretagne sera  définitivement abandonnés par l'Empire Romain au début du Vème sicèle. Avec la vague d'immigration, les clans Bretons se reconstituent sur le continent et débuteront alliances et guerres entre ces clans. Cette constitution clanique de la Bretagne est encore visible de nos jours, les querelles fratricides marquant encore le pays. Cette période marquera aussi les premières relations avec les Francs. Les Bretons seront s'unir et profiter de l'expérience militaire Romaine acquise. Repoussant les Francs, ces derniers décideront de négocier avec les Bretons au Vième siècle. Les négociations et les relations entre les deux pays seront plus facile à partir du moment au Clovis se fera baptiser. Il est intéressant de noter que conversion de Clovis facilitera les relations avec les Bretons, démontrant l'importance forte de l'Aristotélicisme en Bretagne.

Petit à petit est née en Bretagne l’échelon paroissiale que l'on peut encore constater à notre époque par des noms de villages débutant par Plou, Plu, Plo, Pleu (paroisse), Lan, Lam(monastère, ermitage), ou Tre (hameau loin d'un bourg (Plou).

Ainsi Plougastel (Plou (paroisse)+ Kastell (chateau)) signifie "Paroisse fortifiée). Ploufragan signifie Paroisse de Fragan, nom d'un chef Breton.

Lampaul signifie monastère de Saint Paul Aurélien.

Il est intéressant de prendre le cas de Tréguier qui en Breton se traduit comme Landreger qui était à l'origine Lantrecor, monastère de Tugdual. Tréguier par contre n'a pas la même signification, Tre (Trois) Guer (Cours d'eau) fait allusion aux 3 rivières qui traversent la ville.

Les premiers Diocèses Bretons Nantes, Rennes, Saint-Malo, Saint-Pol de Léon, Quimper et Vannes naîtront à cette même période avec des Evêques solides qui assoient définitivement leur autorité.

La fondation du Royaume de Bretagne

A la suite de cette période d'immigration Bretonne, une période de crise va suivre avec des conflits avec les Francs puis l'empire Carolingien. Contre les Francs, les villes de Nantes et Rennes sont régulièrement attaqués, les Francs tiendront bon et cette zone deviendra plus tard la "Marche de Bretagne". Le VIIème siècle verra une frontière se définir de Dol à Redon.

A la fin du VIIIème siècle les Bretons devront s'incliner devant les Carolingiens et intégrer l'Empire. Cependant le caractère "Breton" indépendant et libre marquera la période par des insurrections et révoltes. Si l'attachement des Bretons à leurs libertés est indiscutable, il est frappant de voir que ces révoltes n'ont été que des feux de paille qui se sont toujours soldés par un échec cuisant. Les différents chefs Bretons n'arrivant jamais à s'entendre pour unifier un mouvement assez important pour libérer le pays.

Louis le Pieux comprendra cependant qu'il est indispensable de placer un seigneur Breton pour pacifier et contrôler la Bretagne durablement, ce seigneur sera Nominoe, qui demeura fidèle jusqu'à la mort de l'Empereur.
Par la suite, Nominoe s'emancipera de l'autorité Impériale et deviendra pour beaucoup le premier Roi de Bretagne, nous ne reviendrons pas beaucoup sur les actions de Nominoe qui sont bien connus, nous noterons en 845 sa victoire à Ballon qui obligera l'Empire à reconnaître l'autorité de Nominoe en Bretagne.

En 849, après avoir envoyé une délégation voir le Pape à Rome l'an passé, il convoque une assemblée de clercs afin de former une église Bretonne sur laquelle il pourra fonder un Royaume de Bretagne. Ainsi  les évêques Suzannus de Vannes, Félix de Quimper, Salacon de Dol et Liberalis de Saint Pol de Léon qui ne lui sont pas favorables sont condamnés pour simonie, déposés et remplacés par des « évêques bretons ». Dol, Saint-Brieuc et Tréguier deviendront des Diocèses, Dol sera même élevée comme Archidiocèse, et les Diocèses Bretons seront rattachés à la Province Métropolitaine de Dol. Les Archevêques de Tours contesteront toujours cette Province et obtiendront gain de cause auprès du Saint-Père en 1199.
Ce découpement des des Diocèses de la Bretagne est de nos jours encore en fonction, même si le renouveau de la foi a changé les diocèses Bretons, Ce qui a l'origine a formé les 9 Diocèses sont désormais les 9 pays avec tous une culture et une identité propre.



En 850 Nominoe prendra Nantes et Rennes à Charles le Chauve et décédera quelques temps après. Son fils Eripsoë prendra sa place et marquera les esprits par sa victoire à la bataille de Jengland en 851. A la suite de cette bataille, le traité d'Angers conferera à Eripsoë le titre de Roi de Bretagne et la souveraineté définitive sur Nantes et Rennes.Avec sa Province Bretonne, Eripsoë se fera reconnaitre par l'Eglise comme Roi et marquera son emprise définitive. Cette épisode nous montre l'importance de l'Eglise Bretonne indispensable pour la reconnaissance du Royaume auprès des autres nations.

Eripsoë sera assassiné dans la chapelle de son château par son cousin Salomon. Ce dernier traitant avec certains Vikings marquera son règne par des guerres avec les Frances qui aboutiront à une extension de la Bretagne qui récupérera le Cotentin, la Mayenne et l'Anjou. En 874 Salomon mourra comme son prédécesseur, assassiné, par Gurwant et Pascweten qui regneront à sa place, puis à leurs morts, ils seront succédé par leurs 2 fils, Judicaël et Alain. Ces derniers ennemis se réconcilieront en 849 pour régner ensemble, mais en 850 Judicaël meurt et laissera Alain seul et maintiendra son Royaume dans le calme et la prospérité jusqu'à sa mort en 907. Gourmaëlon, Comte de Cornouaille lui succédera sans pouvoir empêcher l'invasion Viking qui ravagera la Bretagne, sans pour autant atteindre le niveau de la Normandie. Il faut noter qu'à cette époque, une bonne partie du clergé quittera la Bretagne, ces derniers emporteront bien des reliques afin de les protéger. Cette période marque un tournant dans l'histoire Bretonne comme dans l'Histoire de l'Eglise Bretonne. L'Eglise voit une partie de ses édifices pillés et détruit. La plupart des élites se retrouvent à Nantes et Rennes, ce qui a pour effet de marginaliser l'ouest du Royaume. La présence des Vikings aura également pour conséquence l'isolement du Royaume de Bretagne avec l'ile de Bretagne, mettant un terme aux relations entre le continent et l'île.



Assassinat d'Eripsoë par Salomon



Dernière édition par Cathelineau le Mer 21 Fév - 1:35, édité 1 fois
avatar
Cathelineau
Primat de Bretagne
Primat de Bretagne

Messages : 125
Date d'inscription : 07/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://primatiedebretagne.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE DE L'EGLISE BRETONNE

Message par Cathelineau le Mer 21 Fév - 1:32

II - Une Eglise forte au service des Bretons.

Alain Barbetorte, premier Duc de Bretagne



Guillaume Pinchon contre Pierre Mauclerc

Saint-Yves, Saint-Patron de la Bretagne
avatar
Cathelineau
Primat de Bretagne
Primat de Bretagne

Messages : 125
Date d'inscription : 07/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://primatiedebretagne.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE DE L'EGLISE BRETONNE

Message par Cathelineau le Mer 21 Fév - 1:34

III - Le renouveau de la foi et la Primatie de Bretagne

Angus de Portzmoguer, fondateur de la Primatie de Bretagne


Clodeweck de Montfort-Toxandrie, un schisme sans précédent


Tadeus de Montfort-Vendôme, la chute de l'Iliz Breizh



Cathelineau Botherel de Canihuel, la reconstruction Bretonne.




Juin 1463 - Juin 1465

Cathelineau sera élu à la charge d'Archevêque de Rennes et de Primat de Bretagne pendant la guerre civile Bretonne, très vite avec le Consistoire Pontificale Francophone des statuts sont enfin rédigés, permettant à la Primatie de Bretagne, une reconnaissance pleine et officielle. Rennes est par ailleurs reconnu comme Archevéché, mettant fin à des années de quiproquos. Un accord avec l'Assemblée Episcopale Française sur l'élection de l'Archevêque de Tours sera passé. Sant Meleg, siège de la Primatie est terminé et ouvert aux fidèles. Brieuc et Yves sont reconnus par le Saint-Office. La période marque aussi des bonnes relations avec le Duché et le Grand Duché puisque le projet Karitez (Charité) est voté et le Concordat Teutonique est mis à jour et signé. En Mars 1465, Veneny de Canihuel sera élu Evêque de Nantes, devant le deuxième Vice Primat de Bretagne. En Juin 1465, 2 ans après son accession à l'épiscopat, Cathelineau est élu Archevêque Métropolitain de Tours.

Veneny de Canihuel, une Réforme Pontificale

Juin 1465 - Décembre 1465

Veneny sera élu Archevêque de Rennes et deviendra le cinquième Primat de Bretagne, Asreko lui succédera à Nantes. Cette période marque le début d'un avenir trouble pour le clergé Breton suite à l'élection d'Anastriana de Walsh-Montfort comme Grande Duchesse. Cette dernière décidant que les clercs nobles ne pouvant respecter le serment qui les liaient à la couronne décida de les destituer. Une décision forte, qui s'ajoute avec l'attitude déplorable du Duc Guyhom insultant l'Eglise et ses fidèles. Si l'avenir n'apparait pas radieux, le clergé Breton n'en demeure pas moins fort, sachant que l'avenir est devant lui avec la réforme de l'Eglise voulu par le Pape Innocent VIII.

Cathelineau Botherel de Canihuel

Décembre 1465 - ...

avatar
Cathelineau
Primat de Bretagne
Primat de Bretagne

Messages : 125
Date d'inscription : 07/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://primatiedebretagne.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: HISTOIRE DE L'EGLISE BRETONNE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum